Que peut-il se passer en sculptant ?


Au risque de déroger aux lois de la communication, qui consistent à réduire toute expression en 130 ou 255 mots, je fais un pied de nez aux Jivaro et autres coupeurs de textes (Facebook, Twitter) en vous proposant de lire ce texte d’introduction à ce stage d’accompagnement avec la sculpture que vous allez peut-être suivre.

Sur une échelle de 0 à 10….


Si c’est 0,

c’est qu’il n’y a pas de contact possible entre vous et la pierre. Vous n’aimez pas la pierre, la poussière, encore moins les outils. Pire, on vous a attribué les étiquettes suivantes : ne sait rien faire de ses doigts, n’est pas créatif, tout sauf un artiste. Ou alors, on vous a fait comprendre que l’art n’est pas fait pour vous. Si vous êtes présent à ce stage, je pourrais vous proposer de participer à l’élan créatif d’une autre manière, par la photographie, par le croquis ou la peinture ? Ou bien vous pourrez simplement vous imprégner de l’atmosphère, des bruits et prendre un moment pour vous et peut être faire le point sur ces étiquettes, ces interdits s’il y en a.

Si c’est un peu au-dessus de 0.


Il est tout à fait possible que vous viviez avant tout un bon moment, vous allez vous vider la tête, vous amuser dans cette expérience inédite, éprouver la joie des plaisirs infantiles qui peut nous manquer. Un état modifié de conscience, une légère transe, avec une détente profonde, l’apparition d’images, voire un léger endormissement au bruit répétitif des tailles de pierre peuvent s’inviter. Où alors vous pouvez dans une optique plus dynamique réaliser votre envie de vous transformer en tailleur de menhir, et d’éprouver votre force au contact de la pierre. D’une manière ou d’une autre vous allez vous laisser « embarquer » par la pierre.


Si c’est encore au-dessus ?


La sculpture est aussi un support d’autoquestionnement.  La première chose à laquelle on pense, c’est à l’histoire que va raconter votre sculpture que vous pouvez partager si vous en avez envie. Je vous proposerai de vous intéresser à la manière dont vous l’avez réalisé en vous concentrant sur 3 séquences clefs qui peuvent vous permettre de faire des liens avec votre pratique professionnelle :

Comment démarrez-vous face à la page blanche, au bloc brut ? Comment gérez vous cette incertitude qui peut être la même que celle que l’on éprouve sur un nouveau projet, un nouveau client ?

Comment procédez-vous pour réaliser votre projet ? Que se passe t il s’il y a des résistances ou bien si vous n’obtenez pas les résultats attendus ? Et si vous n’attendez rien, qu’est ce qui se passe ?

Comment finissez-vous ? Quand est-ce que c’est fini ? Qui décide ? La pierre ou vous ? Comment mettez-vous  en valeur le résultat, l’œuvre ainsi construite ?

Et si c’est à 10 sur 10 ?


Alors là, il s’agit du Nirvana, de l’insight total, vous avez réussi à unifier corps et esprit dans le travail de la matière, c’est un vrai retournement. Qu’il dure 2 secondes, ou plus, c’est une expérience que j’essaie d’approcher depuis 10 ans qui vous donnera une autre perspective sur la vie !